Interview - Bureau d'études Tecsol

Centrale solaire thermique de Châteaubriant

Le 15 décembre a été inaugurée la toute nouvelle centrale thermique de Châteaubriant. Celle-ci viendra en renfort de leur chaufferie bois installée en 2011.

Retour sur ce projet unique en France avec le bureau d’études du projet et membre d’Atlansun : Sébastien Decottegnie et Amandine Le Denn de la société Tecsol.

 

NAISSANCE DU PROJET

L’aventure a commencé en 2007, lorsqu’une étude de faisabilité conclut sur les intérêts économiques et environnementaux de mettre en place une chaufferie bois. Inauguré le 10 janvier 2012, ce réseau urbain de chaleur alimente une vingtaine de bâtiments publics dont des logements collectifs.

Afin d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du réseau, Châteaubriant décide, en 2012, d’évaluer la possibilité d’intégrer une centrale solaire thermique au réseau de chaleur. Son rôle sera de réchauffer l’eau sur la boucle de retour, partie du réseau où la température, initialement à 95°C peut avoir baissé de 20°C.

 
Pourquoi Châteaubriant a fait le choix de coopérer avec Tecsol ?

TECSOL en tant que partenaire du projet SDHplus (New business opportunities for Solar District Heating), a porté et réalisé l’étude de faisabilité, en collaboration avec les services techniques de la Ville de Châteaubriant, son délégataire COFELY, et avec les partenaires CEA-INES et Amorce du projet SDHplus.

La Ville, satisfaite des résultats de l’étude, a souhaité ensuite continuer le projet. Elle a sélectionné ses partenaires au moyen des procédures classiques de marchés publiques. C’est donc le bureau d’étude GIRUS qui a été choisi pour effectuer la phase suivante : l’Avant-Projet Définitif.

Puis TECSOL a été retenu pour la mission de Maîtrise d’œuvre du projet.

 

Quels sont les acteurs du projet ?

Le projet est porté par la Ville de Châteaubriant, les Services Techniques de la Ville en assurent la conduite.

La maîtrise d’œuvre est réalisée par le bureau d’études TECSOL et par le cabinet MCM Architectes de Châteaubriant.

Le contrôle technique par SOCOTEC et la coordination SPS par APAVE.

Les études géotechniques d’avant-projet ont été menées par le cabinet HYDROGEOTECHNIQUE.

Les travaux ont été organisés en 5 lots distincts :

- l’entreprise SAUVAGER TP assure la réalisation du lot VRD
- l’entreprise LAVANDIER CONSTRUCTION celle du gros œuvre
- l’entreprise BAUDOUIN celle du lot charpente
- l’entreprise ID VERDE celle du lot clôture.

Toutes ces entreprises sont des entreprises locales, de la ville de Châteaubriant ou alentours.

En ce qui concerne les travaux du lot SOLAIRE, représentant 87% du coût total du projet, c’est l’entreprise PASQUIET EQUIPEMENTS qui est titulaire du lot. Cette entreprise s’appuie sur la société EKLOR (membre Atlansun) pour la fourniture des capteurs ; un certain nombre de travaux ont été sous-traités comme la pose des pieux supports des capteurs auprès de la société SO-TEC et la pose des réseaux à la société ARTIS.

Pour finir ENGIE COFELY sera responsable de l’exploitation de la centrale solaire.

 

Quelle technologie de capteurs va être utilisée ?

Pour la présente application les capteurs qui ont été envisagés sont :

  • des capteurs à tubes sous vide adaptés aux grandes surfaces (capteurs VIESSMAN ou Ritter Solar par exemple)
  • des capteurs plans haute performance
    • avec double vitrage (capteurs GREENOneTech ou CLIPSOL par exemple)
    • avec film Teflon (capteurs KBB ou Arcon Sunmark par exemple).

Ce sont les capteurs plans haute performance avec film teflon qui ont été retenus. Plusieurs facteurs ont conduit à ce choix. C’est l’appel d’offre travaux qui a permis de sélectionner le type et la marque de capteurs.

PASQUIET EQUIPEMENTS qui travaille avec EKLOR, a été retenu pour  l’approvisionnement et l’installation des capteurs plans haute performance avec film teflon.

 

Quelles ont été les contraintes rencontrées lors de la mise en place du projet ?

La principale contrainte rencontrée lors du projet concerne le choix du terrain. Il fallait trouver un espace au sol suffisamment grand, exempt d’ombrage et le plus proche possible de la chaufferie existante. Le terrain retenu rempli bien ces conditions mais il est situé en bord de rivière et ajoute donc de nombreuses contraintes liées à l’inondabilité du site et à la nature du sol.

 

On lit un peu partout que cette initiative est unique en France à cette échelle, pourquoi n’y en a-t-il pas plus ?

Le solaire thermique est une technologie bien connue, mais l'application sur réseau de chaleur est une nouveauté en France.

Ce n'est pas le cas du Danemark, par exemple, qui utilise le solaire sur réseau de chaleur depuis plus de 30 ans, et cela pour une raison simple : la compétitivité du solaire face aux énergies fossiles.

Au Danemark, les kWh de fioul et de gaz sont très fortement taxés, du fait de leurs importantes émissions de CO2 et de la dépendance que ce type d’énergie induit. La biomasse est aussi utilisée, mais elle ne dispose pas des mêmes aides qu’en France. Le solaire est réalisé sans aide à l’investissement au Danemark, il constitue donc une solution compétitive chez eux, mais pas encore chez nous.  

 
Est-ce que l’exemple de Châteaubriant va permettre un décollage des installations de réseaux de chaleur ?

Assurément, d'autant plus que le réseau de chaleur de Châteaubriant est assez représentatif des nombreux réseaux qui ont vu le jour en France, initialement basés sur le gaz et sur la biomasse, et qui peuvent aussi intégrer le solaire thermique.

 
Que pensez-vous de l’installation de Châteaubriant ?

Rendez-vous dans un an quand la production d'énergie solaire aura permis aux abonnés une réduction de leur facture, ainsi qu'une baisse d'émissions de CO2 sur le territoire de Châteaubriant !

 

Amandine LE DENN, responsable grandes installations solaires thermiques et

Sébastien DECOTTEGNIE, responsable agence Pays de la Loire.

 

Caractéristiques techniques de la centrale :

  • Production de chaleur : bois, gaz cogénération, gaz, solaire
  • 11 km de réseau de chaleur
  • 2300 m² de surface en installation solaire
  • 200 capteurs
  • 150 m3 de stockage